Pôle Sécurité Provençal
Bonjour!

Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez générer la feuille de personnage dans votre profil.



Des membres de la police aux forces de l'ost, c'est d'ici que la Provence assure la sécurité de ses habitants.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~~Lexique pratique~~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin2



Messages : 631
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: ~~Lexique pratique~~   Ven 24 Sep 2010 - 16:06

Comme le lexique sur la marine, ici seront postés les termes techniques en rapport à l'armée terrestre.
Revenir en haut Aller en bas
Admin2



Messages : 631
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: Re: ~~Lexique pratique~~   Ven 24 Sep 2010 - 16:07

Le Ban


Le ban désignait le pouvoir de commandement du seigneur sur ses sujet (du latin bannum : obliger, contraindre) ce qui donnera naissance à la seigneurie banale.
Convoquer son ban se disait au Moyen Âge de l'appel fait par le seigneur à ses vassaux pour les convoquer à la guerre. Du mot ban pris dans cette acception sont dérivés les mots bannière et seigneur banneret. Dans les appels faits pour service militaire, on distinguait le ban proprement dit, composé des vassaux immédiats, convoqués par le roi lui-même, et l'arrière-ban, composé des vassaux convoqués par leurs suzerains.
Revenir en haut Aller en bas
Admin2



Messages : 631
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: Re: ~~Lexique pratique~~   Ven 24 Sep 2010 - 16:10

Le Banneret



Le banneret est un chevalier ayant droit de porter une bannière, c'est à dire de commander plusieurs chevaliers. C'est un titre de noblesse tombé en quasi désuétude.

Les chevaliers bannerets apparaissent sous Philippe-Auguste. Ils disparurent avec la création des compagnies d'ordonnance sous Charles VII.

À l'époque moderne, le titre de banneret a été intégré à la hiérarchie nobiliaire. Il se situe entre chevalier et baron.
Revenir en haut Aller en bas
Admin2



Messages : 631
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: Re: ~~Lexique pratique~~   Ven 24 Sep 2010 - 16:16

Compagnie d'ordonnance




Vitrail représentant un chevalier.



Les compagnies d'ordonnance sont les premières unités militaires permanentes (et donc professionnelles) à disposition du roi de France.


Histoire

Elles furent créées sur ordonnance (d’où leur nom) par le roi Charles VII le 26 mai 1445. Il s'agissait essentiellement de cavaliers et divisait l'armée en lances. À partir de 1445, de nouvelles ordonnances furent édictées, rendant caduques les anciennes. Ces ordonnances étaient proclamées selon les besoins du roi. Il pouvait décider d'augmenter le nombre de lance s'il projetait de faire la guerre ou bien de les réduire en période de calme. Il est donc difficile de définir avec précision l'effectif et l'équipement d'une compagnie d'ordonnance.

Néanmoins, avec la création des compagnies d'ordonnance apparurent un autre type d'unité : les mortes payes. Les mortes payes étaient destinées à garder les places fortes et étaient constituées de quatre hommes qui touchaient une solde, une paye, même en temps de paix.

Les compagnies ordonnances étaient généralement constituées de 6 hommes : un homme d'armes, un coutilier, deux archers, un page et un valet. Toute la troupe montait des chevaux mais elle ne se battait pas à cheval, seule une partie des lances le faisait.

l'arquebuse. L'on trouve aussi des lances en Bretagne. D'autres créations suivirent en France avec la création des bandes d'artillerie, le corps des Francs archers, les bandes d'infanterie en 1480...

Ces unités participèrent grandement à la victoire française lors de la guerre de Cent Ans et aux guerres de la fin du Moyen Âge, bataille de Montlhéry qui clotura la ligue du Bien public, entre autres.

Cette organisation en lances fut reprise par les Bourguignons qui ajoutèrent un autre soldat avec une arme nouvelle :

Le recrutement des hommes pour faire la guerre par le Ban et l'arrière ban fut toute fois conservé mais appliqué en cas d'extrême urgence.

La gendarmerie de France succéda au XVIIe siècle aux compagnies d'ordonnance.


Composition

casque, protection de corps (brigandine, jacque...), de jambes, d'une épée, d'une dague et d'une arme d'hast. Les archers ét

Une compagnie d'ordonnance était dirigée par un capitaine qui avait sous ses ordres un nombre variables de lances d'ordonances, cela pouvait aller de 3 lances à plus de 100 lances.

L'homme d'armes était le commandant de la lance. Il devait être équipé d'un harnois blanc (armure de plates), d'une épée et d'une lance. Le coutilier devait être équipé d'un aient équipés de casques, de protection de bras, d'arcs ou d'arbalètes. Il est possible qu'ils pouvaient manier aussi l'arme d'hast. Le page et le valet n'avaient pas un rôle militaire. Ils s'occupaient de l'intendance. Le valet avait aussi la garde des bagages et même s'il ne se battait pas il devait pouvoir se défendre en cas de percée adverse. Il est important de dire que l'homme d'armes n'était pas nécessairement noble, il s'agissait d'une personne qui avait les moyens de se fournir l"équipement demandé. Il n'est donc pas rare de voir dans les rangs des archers ou des coutiliers des nobles qui ne pouvaient se payer l'harnois blancs qui était extrêmement cher.

La reconnaissance des troupes françaises se faisait pas le biais de livrées bleu, blanc et rouge (bleu et rouge : couleurs de Saint Denis et Saint Michel, patron de la France et de l'armée ; blanc : couleur du roi).

L'on pense que généralement, les hommes d'armes combattaient à cheval, faisant le rôle de force de frappe. Les coutiliers étaient démontés pour manier l'arme d'hast et les archers étaient montés ou démontés, selon les besoins du commandant de l'armée.
Revenir en haut Aller en bas
Admin2



Messages : 631
Date d'inscription : 15/03/2010

MessageSujet: Re: ~~Lexique pratique~~   Ven 24 Sep 2010 - 16:16

l'Écu



L'écu, du latin scutum, est un type de bouclier et fait partie de l'équipement du chevalier en armure pour faire la guerre au Moyen Âge.

Il a donné le nom écuyer, du latin « scutarius ». Un écu a souvent un blason sur le devant démontrant l'apartenance à un royaume.

Une légende normande est à l'origine de Dur-Ecu comme nom de lieux et de familles :

Alors que Guillaume guerroyait contre les Bretons, un ennemi se jeta sur lui et dirigea sa hache vers sa tête. Un des compagnons de Guillaume le sauva au dernier moment, en interposant son bouclier - son écu, comme on l'appelait alors - entre la hache du breton et la tête de Guillaume.

La hache se ficha dans le bois de l'écu, qui ne céda pas. Guillaume était sauvé ! On célébra ensuite cet écu et l'on donna le nom de Dur-Ecu à des familles et à des maisons fortes qui avaient pour vocation de protéger la Normandie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~~Lexique pratique~~   Aujourd'hui à 8:45

Revenir en haut Aller en bas
 
~~Lexique pratique~~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiche pratique] 10- Lexique
» Lexique des termes employés
» Guide pratique du créateur (Edition 2011)
» Lexique des abreviations
» lexique communication avec le samu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pôle Sécurité Provençal :: Centre de Formation de la Sécurité de Provence :: Ouvrages divers-
Sauter vers: